IDENTIFIANT

MOT DE PASSE


Pas encore de compte?>>Inscription
Oubli du mot de passe>>>Ici

Jacob Delafon : Le groupe Kramer annonce la reprise du site de Damparis

Le groupe Kramer a annoncé dans un communiqué ce vendredi 4 juin la reprise de l’entreprise Jacob Delafon à Damparis.
Ce dénoumement heureux est à mettre à l'actif des 2 organisations syndicales qui se sont mobilisées depuis plusieurs mois pour permettre au site de Damparis d'avoir un avenir et de sauvegarder l'industrie de la céramique sanitaire et ses emplois.La lutte menée depuis plusieurs mois par la CGT et la CGC a permis cette belle victoire.

LIRE LA SUITE

Les salarié-es renforcent leur confiance en la CGT.

Industries Verre-Céramique : Les salarié-e-s renforcent leur confiance en la CGT et ses militant-e-s !
 
L’audience de représentativité des syndicats pour le 3ème cycle vient d’être publiée.
 
Pour la troisième fois consécutive la CGT Verre Céramique est confirmée comme première organisation à 36 % de taux d’audience soit plus 1.86 % par rapport au cycle 2014/2017 creusant son avance de plus de 12 % devant les autres organisations.

LIRE LA SUITE

SGD Sucy : A l'appel de La CGT, la grève fait reculer la direction.

SGD Sucy : A l'appel de La CGT, la grève massivement suivie fait reculer la direction.

La CGT avait appelé à la grève après les propositions indécentes lors des NAO du 27 avril portant notamment sur les salaires et le pouvoir d'achat.

Pour remercier les salarié-es de leur engagement(réquisitionnés pendant le confinement), la direction de SGD a fait une proposition totalement indécente de 0,5% d'augmentation des salaires, autrement dit un gel des salaires pour remercier les salarié-es de leur engagement et de leur dévouement....

Lors de la 3ème réunion des NAO le 4 mai, la direction campait sur ses positions à savoir 0,5% d'augmentation générale et Zéro euro sur la prime covid.

Finalement les mobilisations qui duraient depuis plsu d'une semaine à l'appel de la seule CGT, ont contraint la direction a évolué avec une prime de 500 euros, portée à 700 euros après l'intevention de la CGT et une augmentaion de 1% des salaires (0,5 d'AG et 0,5 d'AI).

La direction s'est aussi engagée à ouvrir la négociation sur la prime de transport et celle sur le Compte Epargne Temps.

La CGT maintient ses revedications salariales de +3,5%, d'une prime de vacances revalorisée à hauteur d'un mois de salaire sur 3 ans et d'un accord portant sur les aménagements de fin de carrière et de départs anticipés en retraite.

La CGT a demandé à la direction l'agenda précis et rapide pour l'ouverture de ces négociations.

Nul doute que la grève suivie par une très grande majorité des salarié-es à l'appel de la seule CGT aura permis ces quelques avancées et surtout une dynamique de luttes gagnantes.

LIRE LA SUITE

Des nouvelles des syndicats CGT et des salarié-es de la Glass Valley

NIPRO Aumale
L’activité est importante, mais en ce moment Nipro rencontre un problème sur un four qui réduit légèrement la production.
Les négociations annuelles obligatoires ont eu lieu avec une accord d’1,5% d’augmentation générale.

Jenniver
Grosse inquiétude de non-respect des délais de tri pour répondre aux clients et que le tri risque de partir chez d’autre sous-traitant, 30% du personnel qui sont absents pour cause du Covid.

SSV
Actuellement l’entreprise subit une baisse d’activité liée à la réfection d’un four chez SGD St Quentin Lamotte. Le four a été remis en fonction et l’activité devrait reprendre normalement.
La crise sanitaire a un impact néfaste également, 7% de vente en moins depuis le début de la pandémie COVID. Les contrats intérimaires n’ont pas été renouvelés. La situation reviendrait à la normale pour la période estivale. Concernant les effectifs, les départs en retraites ne sont pas remplacés, La CGT reste vigilante sur ce point.


Les Négociations annuelles obligatoires sont en cours.

LIRE LA SUITE

Groupe Pochet Courval : L'accord de la honte !

Les salarié-es de Pochet du Courval se souviennent encore de la venue en grande pompe, en plein confinement de la ministre Pannier-Runacher.

Ils se souviennent tous aussi de cette déclaration honteuse de celle-ci, affirlmant que l'etat allait verser des millions d'euros de subventions publiques, mais qu'il convenait en échange que "Les salarié-es fassent ds efforts", sous entendus acceptent d'abandonner une partie de leur rémunération, déjà bien faible.

Quelques mois plus tard, a volonté macronienne et ministérielle allait se transformer par un accord quasi jamais vu dans nos industries verrières.

La direction de Pochet propose ni plus ni moins qu'un accord de performance collective, lui donnant la possibilité de baisser des parties importantes de rémunérations comme la prime de vacances ou encore d'augmenter le temps de travail sans le rémunérer.

Cet accord allait trouver 2 organisations syndicales pour le signer FO(Force Ouvrière) et la CFTC (Confédération Française Chrétienne du Travail).

Les salarié-es payent aujourd'hui les conséquences de cet accord de la honte :

Les accords signés par les syndicats F.O et CFTC permettent désormais à la direction d’opérer un abattement de 30% sur la prime de vacances et ensuite la prime de fin d’année.

Cet accord exclu la négociation annuelle pourtant obligatoire et de ce fait il n’y aura aucune augmentation de salaire pour 2021.

LIRE LA SUITE

VERALLIA : Un PDG très soucieux de l'avenir de son patrimoine familial !

Décidemment chez Verallia, l'argent est roi et tous les coups sont permis pour qu'il profite d'abord au PDG et à ses actionnaires. Ainsi la nouvelle trouvaille de M Gianuzzi, PDG de Verallia est de s'allier avec un fond vautour brésilien BW pour éviter de payer les droits de succession et de mutations pour lui et sa famille en cas de cession de ses titres et actions.

On est loin de l'intérêt de l'entreprise et des salariés de Verallia.

D'ailleurs pourquoi ne pas s'allier avec ses propres salarié-es quand on prétend être le 1er des salarié-es de Verallia. Pourquoi ne pas choisir de s'allier également avec la Banque Publique d'Investissement qui est un actionnaire à moyen et long terme et qui surtout appartient à l'Etat, donc à l'intérêt général...

Une fois de plus, les motivations spéculative et cupide du PDG rejoignent celles des intérêts financiers des fonds vautours tels que BW.

Le combat doit donc se poursuivre pour sauver des griffes de ces rapaces les salarié-es, leurs emplois, leurs droits et les sites industriels de Verallia (en nous excusant auprès des rapaces pour la comparaison, car eux au moins chassent pour leur survie). Voici donc le communiqué des syndicats CGT de Verallia France suite à cette honteuse opération spéculative : 

LIRE LA SUITE

Verscence Mers : Avis négatif contre le PSE.

Avis négatif et unanime des syndicats et du CSEC contre le PSE.

Un PSE totamement injustifié, tant du point de vue marché, que du point de vue industriel et bien entendu social.

Les syndicats CGT/CFDT/FO et l'ensemble des élu-es au CSE central ont unaniment rejété le plan de destruction d'emploi qui affaiblit l'entreprise, provoque la case sociale et met en place l'intérim et la précarité comme mode de gestion courante. Rappelons que la dirrect avait également fortement remis en cause le PSE, contraignant la direction à revoir quasi intégralement sa copie, cela après intevention de la CGT et des élus CSE Central.

La CGT a porté d'autres alternatives qui développe l'entreprise tout en maintenant les effectifs CDI et en améliorant les conditions de travail. La direction est restée sourde à ces propositions, mais loin de se résigner les syndicats, CGT en tête, préparent les actions après les fortes mobilisations qui on eu lieu lors de la présnetation et des discussions de ce PSE.

Voici donc le communiqué de la CGT/CFDT et FO de Versecence Mers Les Bains suite au CSE Central des 15 et 16 avril 2021 : 

LIRE LA SUITE

Voir tous les articles