IDENTIFIANT

MOT DE PASSE


Pas encore de compte?>>Inscription
Oubli du mot de passe>>>Ici

Actualités

 

Verre Mécanique : Dénonciation unanime d'un dialogue social en panne.
Publié le 5 février 2021

Monsieur le Président,

Suite à la première réunion de négociation annuelle obligatoire sur les salaires du 22 janvier 2021, les organisations syndicales représentatives de la branche des industries de la fabrication mécanique du verre prennent acte de votre proposition de gel des salaires pour cette année.

Elles souhaitent vous manifester leur total désaccord avec cette proposition scandaleuse et provocatrice.

Elle est provocatrice car, dans une période où il est demandé beaucoup d’efforts aux salariés de la branche, elle envoie le signal de zéro prise en compte de ces efforts.

Elle montre à quel niveau les employeurs que vous représentez valorisent le respect et la reconnaissance du travail effectué malgré les confinements et les contraintes liés à l’état d’urgence sanitaire.

Elle est scandaleuse car, si la plupart des entreprises de la branche souffrent de la conjoncture, les grands groupes à qui elles appartiennent, affichent des profits qui ignorent la crise. Et l’explication est dramatiquement simple.

Ce sont des suppressions massives d’emplois !

En conséquence, les salariés qui restent sont moins nombreux pour effectuer des tâches avec plus de flexibilité, plus de poly compétence et plus de technicité.

Mais vous avez clairement refusé d’appliquer cette évolution de la qualification à coefficient constant alors même que c’est votre argumentaire de cohérence de la grille.

La Chambre patronale se contente d’appliquer la seule obligation de ne pas avoir un coefficient de la grille dont le salaire minimum serait inférieur au SMIC en positionnant à ce niveau le premier coefficient de la grille qui ne concerne plus aucun salarié de notre convention collective !

Ce choix se fait au mépris de tout le travail de révision des classifications et de la dynamique que vous disiez vouloir redonner aux plus bas salaires de la branche, qui se voient rattrapés par l’augmentation du salaire minimum de croissance.

Si au printemps, il a été démontré que le secteur de la fabrication mécanique du verre est essentiel à la nation, il est tout aussi essentiel, pour ceux qui ont, en particulier, assuré la production des emballages nécessaires à l’industrie agro-alimentaire, de voir symboliquement les minimas valorisés au prorata des efforts accomplis pendant le confinement.

Ceci est d’autant plus vrai que les minimas de la branche sont inférieurs aux salaires réels dans les entreprises et que leur revalorisation ne peut pas être une menace pour la pérennité des entreprises de la branche.

Toutes les organisations syndicales ont formulé en séance un large éventail de propositions permettant de trouver les moyens d’encourager le pouvoir d’achat des salariés.

Elles ont toutes soulignées l’importance et la nécessité d’augmenter les minimas conventionnels pour envoyer un message positif de la branche en direction du salariat.

Par cette déclaration, nous réaffirmons ces revendications avec fermeté, tout en étant parfaitement conscients des enjeux économiques pour les entreprises et nous vous demandons de revoir votre position pour la prochaine réunion de négociation du 25 mars 2021.

Ainsi, vous éviterez de succomber à une forme de démagogie qui deviendrait le terreau d’un désengagement collectif des forces de travail.

Les organisations syndicales de salariés représentatives de la branche. CGT, FO, UNSA, CFDT et CFE CGC