IDENTIFIANT

MOT DE PASSE


Pas encore de compte?>>Inscription
Oubli du mot de passe>>>Ici

Actualités

 

Verescence : Propositiont d'un plan pour la filière verre.
Publié le 30 octobre 2020

Dans une lettre adressée au Président de La République, le député Sebatsien Jumel, les représentanst des syndicats verriers de la galss Valley Ludovic Krivorzika(CGT Verescence Mers-Les-Bains et Annick Hélan CGT Pochet Courval, et Mohammed Oussédik, Secrétaire Général de la Fédération CGT Verre-Céramique, revendiquent que des mesures fortes soient prises pour assurer la pérennité et le développement de la filière verre dans la vallée de la Bresles.

Cette Glass Valley est l'une des régions les plus industrielles verrières dans le monde.

On y trouve les leaders mondiaux du flaconnage parfumerie et pharmacie comme Verescence, Pochet, SGD, Brosse mais aussi un écosystème d'entreprises sous traitantes verrières.

Les grands groupes menacent cette "économie système", avec des plans de suppressions d'emplois, de délocalisations de certaines activités et de réinternalisations de certaines activités sans pour autant créer de l'emploi en interne mais en détruisant à coup sûre l'emploi dans la sous traitance.

Devant cette menace qui risque de fragiliser des fleurons de cette industrie autant que les PME et TPE de la sous traitance, la CGT, Le Député Sébastien Jumel et Le maire du Tréport par ailleurs verrier à Verescence Mers, Laurent Jacques s'organisent avec les salarié-es et font des propositions en matière de développement industriel, économique, écologique, commerciales et sociales pour l'avenir de la Glass Valley.

Rappelons que des suppressions d'emplois de 70 postes sont annoncées à Verescence Mers après le départ de 70 intérimaires (Voir la délibération votée par le CSEC de Verscences Mers sur proposition de la CGT).

Rappelons aussi qu'à Pochet du Courval la CGT s'est opposée à l'accord de performance collective visant à spolier les salarié-es en RTT/CP, à allonger le temps de travail sans rémunération, à geler les salaires, tout en utilisant le chômage partiel subventionné par l'argent public. Cet accord de la honte a été signé par FO et la CFTC et soutenue par la Ministre Pannier Runacher.

Dans cette entreprise l'Accord APLD a été signé par la CGT pour permettre aux salarié-es de bénéficier du maintien d'une grande partie de leur rémunération.

La CGT avait exigé que seul l'APLD s'applique durant la conjoncture de crise et qu'ensuite seulement s'ouvre des négociations si la situation économique de l'entreprise le nécessitait. Bien entendu la direction de Pochet a fait pression sur les salarié-es et sur les syndicats FO et CFTC pour bénéficier du beuure et de l'argent du beurre sur le dos des salarié-es.

En ce qui concerne la filière, une réunion avec table ronde a eu lieu le 5 novembre. Objectifs : Lutter contre les supressions d'emplois, demander la transparence et la conditionnalité des aides et mesures publiques conditionnées au maintien des activités et de l'emploi, et des propositions en matière de recherche, de développement, de circuit court et de recyclage, de création d'école verrière d'excellence et de développement commercial visant à garantir le maintien des emplois dans toute la chaine de valeurs

 

 

Résolution de l’Organisation Syndicale CGT pour le CSE Central extraordinaire et CSE Extraordinaire du 28 octobre 2020

L’ordre du jour de la réunion du CSE Central de ce-jour prévoit :


1. Information en vue de la consultation du CSE Central sur le projet de réorganisation de la société Verescence France et ses conséquences notamment en termes d’emploi, de santé, de sécurité et de conditions de travail (Livre II).


2. Information en vue de la consultation du CSE Central sur les projets de départs volontaires, de licenciement collectif pour motif économique et le plan de sauvegarde de l’emploi au sein de la société Verescence France, comprenant le nombre de licenciements envisagés, les catégories professionnelles et les critères d’ordre de licenciement, le calendrier prévisionnel et les mesures sociales d’accompagnement, dont le congé de reclassement (Livre I).


La baisse d’activité liée à la crise sanitaire est la raison invoquée par la Direction Générale pour justifier ce Plan de Sauvegarde de l’Emploi. Le but de notre Organisation Syndicale n’est pas de nier l’évidence des difficultés conjoncturelles que peut engendrer cette crise, mais de chercher et de proposer des solutions pour éviter des licenciements économiques de Salariés de la société Verescence France.


Notre Organisation Syndicale avec l’appui du Député Sébastien Jumel et le Maire du Tréport Laurent Jacques, avons pris l’initiative d’interpeller, le Président de la République ainsi que le Ministre de l’Economie, par courrier sous forme d’une lettre ouverte pour les solliciter d’organiser une réunion avec l’ensemble des acteurs de la filière verrière.


Nous ne développerons pas l’intégralité de ce courrier qui a fait l’objet d’une publication dans les panneaux d’affichage de notre Organisation Syndicale.
Nous en appelons au patriotisme industriel et à la relocalisation d’activités de l’ensemble des acteurs de cette filière d’excellence et du savoir-faire.

Nous ne pouvons douter que dans cette période de crise sanitaire et économique, les grands groupes Français que sont LVMH, LOREAL ou YVES ROCHER trouveront également un intérêt économique à moyen terme mais également morale à soutenir leurs fournisseurs qui les accompagnent et les accompagneront dans le développement de leurs lancements dans les mois futurs.

C’est dans ce sens et dans l’attente de ces réponses qui pourraient rendre caduques les motivations de la Direction, que nous vous demandons aujourd’hui de suspendre votre projet de PSE qui nous réunit aujourd’hui et vous demandons de réunir les Organisations Syndicales afin d’élaborer un accord d’Activité Partielle de Longue Durée pour l’ensemble des Salariés de la société Verescence France.

Cette résolution a éte soumise à délibération des Elus du CSE Central et du CSE d’Etablissement de MERS qui l'ont adoptés.