IDENTIFIANT

MOT DE PASSE


Pas encore de compte?>>Inscription
Oubli du mot de passe>>>Ici

Actualités

 

L'action de la CGT et des salarié-e-s sauve la Faïencerie de Digoin.
Publié le 7 aout 2019

La bataille s'annonçait difficile et selon certains perdue d'avance. C'était sans compter la détermination de la Fédération CGT Verre-Céramique, de son délégué syndical Walter Zampa qui ont élaborés une stratégie gagnante pour sauver le site industriel de céramiques et plusieurs dizaines d'emplois.

Aidés dans ce travail par l'avocat Ralph Blindauer et la cabinet d'expertise économique Alter, la CGT a informé, sensiblisé et mobilisé les salarié-e-s tout en soutenant le seul projet de reprise mis sur la table. ce soutien s'est notamment traduit par des interventions via notre avocat auprès du tribunal de commerce mais aussi par des interventions auprès des pouvoirs publics...La bonne nouvelle est arrivée ce 19 juillet 2019 :

Le tribunal de commerce de Mâcon a en effet autorisé ce 19 juillet 2019 la reprise par un entrepreneur chinois de la faïencerie de Digoin (Saône-et-Loire), placée fin juin en liquidation judiciaire.

43 emplois seront conservés sur un peu plus de 60 que comptait l’entreprise.

Une subvention allant jusqu’à 150.000 euros proviendra des conventions de revitalisation et le conseil régional s’est engagé à verser jusqu’à 329.000 euros sous forme d’avances remboursables. La préfecture souligne que « quatre » banques « accompagnent financièrement cette reprise en accordant des prêts d’un montant total de 400.000 euros au titre de 2019 » et que la Banque publique d’investissement apporte des « garanties ».

« Aujourd’hui, c’est un grand +ouf+ de soulagement », a déclaré Walter Zampa délégué CGT, estimant que les doutes sur le financement du projet de reprise avaient été « levés » et que cette usine de plus de 150 ans devait « perdurer ». « Ce qui compte, c’est qu’on garde l’emploi sur le site de Digoin », a-t-il
poursuivi.
Le maintien de 43 postes

Le tribunal de commerce de Mâcon avait prononcé le 28 juin la liquidation judiciaire de cette entreprise, symbole d’une filière céramique bourguignonne en déclin, tout en permettant la poursuite de l’activité jusqu’à une nouvelle audience.

Le préfet de Saône-et-Loire s’était engagé dans le dossier en organisant, le 9 juillet, une « consultation » réunissant notamment des représentants de l’Etat, des élus locaux, des banques et « l’unique porteur d’une offre de reprise ».

Le repreneur, Ke Wang, un entrepreneur chinois résidant en région parisienne, propose de maintenir 43 postes dans le cadre d’un plan de financement d’un montant total supérieur à un million d’euros, en « travaillant à l’export » notamment.

Les salariés avaient entrepris plusieurs actions dans leur entreprise et en dehors fin juin, en effet l’unique offre de reprise avait été « lâchée par les banques ». La gestion du groupe Bowden Services a été catastrophique, ce fonds avait repris en 2016 cette faïencerie déjà en grande difficulté, licenciant à l’époque un peu moins de la moitié des 123 emplois.

La faïencerie Sarreguemines de Digoin, fondée au XIXe siècle, a employé jusqu’à 1.200 personnes. La suppression à l’été 2017 des trois quarts des emplois dans l’usine voisine du fabricant historique de sanitaires Allia, filiale du suisse Geberit, qui n’a conservé qu’une activité de logistique, avait déjà fortement ébranlé la filière céramique de Digoin.

Il demeure que c'est une belle victoire à mettre à l'actif de la CGT et des salarié-e-s. Nous resterons très vigilants sur la stratégie et la gestion économique et sociale du repreneur.