IDENTIFIANT

MOT DE PASSE


Pas encore de compte?>>Inscription
Oubli du mot de passe>>>Ici

Le jour d'après : Progrès social et environnemental.

Pour le jour d'après le progrès social et environnemental c'est possible et urgent.

Le jour d'après : Ensemble plus fort.

Comme nombre de salariés, vous avez probablement été confronté à la non prise en compte de votre protection sur votre lieu de travail, et/ou victime social de la grave crise sanitaire a laquelle nous somme confronté et vous voulez être acteur, actrice de votre avenir, prendre en main vos affaires pour construire le jour d’après.


Quelles que soient vos motivations, en vous syndiquant, vous exprimez ainsi la volonté de ne pas rester isolé-e.

Etre syndiqué ?

Sans attendre je rejoins la CGT Verre et Céramique. 

Le jour d'après .

Pour que le jour d’après soit en rupture avec le désordre néolibéral !
 
 
Pétition.

LIRE LA SUITE

Reprise du travail chez Saverglass et mesures sanitaires.

Reprise du travail chez Saverglass. La CGT estime que les mesures sanitaires sont respectées.

À Feuquières, Saverglass reprend sa production.


En passant devant l'usine de verrerie de luxe, on tend l'oreille pour entendre le bruit des fours. En vain. Pourtant, chez Saverglass, la production a repris, partiellement, après plusieurs semaines d'arrêt. « Des clients du Nord de l'Europe, qui sont dans une situation différente de la France, refont appel à nous », explique Eric Barthélémy, directeur des ressources humaines du groupe.

Le 20 mars dernier, les fours 5 et 6 avaient été stoppés. Tout comme...

LIRE LA SUITE

Saverglass,vers une reprise de l'activité !


Saverglass, la grève des salarié-e-s avait permis la réduction d'activité pour garantir la santé des salarié-e-s.
Les patrons reviennent à la charge...

LIRE LA SUITE

Guides bonnes pratiques, une réelle protection des salarié-e-s ?

Dans tous les sites où elle est présente, la CGT a réclamé des mesures de protection des salarié-e-s, et l'arrêt des production non essentielles au combat contre la pandémie du COVID19.

 Ces activités essentielles- à l'exception où nos syndicats ont négocié des accords pour le bon fonctionnement du site et surtout pour assurer la protection de la santé des salarié-e-s sont pour nous de 2 natures notamment dans le verre :....

 

LIRE LA SUITE

Le 1er Avril ce n’est pas que du poisson !

Prime de risque, attaques contre la représentation syndicale, ordonnances pour imposer la reprise du travail.
 
Après avoir mis en place des mesures antisociales attaquant en profondeur les droits des salarié-e-s, le gouvernement continue à prôner la production au détriment de la santé des travailleurs et travailleuses et profite de la crise pour s’en prendre aux droits des travailleurs et travailleuses.
 
De nouvelles ordonnances ont été présentées le mercredi 1 avril devant le Conseil des Ministres par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, et ce n’est pas un poisson d’avril.
 
Ces mesures s’inscrivent dans la politique criminelle du gouvernement et du grand patronat qui cherchent à faire reprendre le travail à marche forcée dans les secteurs non essentiels de la production.
- Instauration d’une prime pour inciter à aller travailler en pleine pandémie.
- Autorisation de la médecine du travail à prescrire des arrêts de travail, à effectuer des tests de dépistages au Covid-19, suspension de certaines visites obligatoires.
- Réorganisation des modalités de fonctionnement des organismes de représentation des salarié-e-s.
- Décalage au premier trimestre 2021 des élections des représentants syndicaux dans les Très Petites Entreprises (TPE), sans prorogation des mandats actuels.
- Rallongement de la période de formation de trois mois à six mois pour les apprentis.

Ces ordonnances servent de caution aux directions d’entreprise pour faire reprendre le travail aux salarié-e-s, sans aucune garantie réelle de protection tout en essayant de se défausser de leurs responsabilités en faisant signer aux salarié-e-s et sous contraintes des décharges de responsabilité pour continuer à travailler.

C’est également avec la complaisance d’organisation minoritaire que les chambres patronales de nos secteurs d’activités essayent de valider les reculs sociaux (prise de CP, désorganisation du temps de travail, mutualisation de la responsabilité de santé et sécurité, etc…)

Face à ce gouvernement et entrepreneurs qui entendent attaquer une fois de plus les salarié-e-s en les forçant à aller travailler en plein pic de la pandémie et préserver les profits des capitalistes à tout prix, l’urgence est à la mobilisation des salarié-e-s et à l’arrêt des productions non essentielles.

Ces derniers ont en effet prouvé à maintes reprises, que ce soit avec la mobilisation des personnels soignants depuis plus d’un an ou la mobilisation des salarié-e-s dans certaines entreprises non essentielles pour imposer leur fermeture, qu’ils étaient les plus à mêmes de déterminer les réponses adéquates à l’épidémie.

Pour notre fédération, la CGT la priorité c’est la santé des salarié-e-s, avec un système de protection sociale renforcer.

Voir tous les articles